Muguet et 1er mai : un brin d’Histoire !

Par Claire Le Meur, DG chez Blue Bees.

Le week-end dernier, nous sommes tous partis en quête d’un brin de muguet à offrir à nos proches, amis, collègues, voisins… Aussi appelé “lys des vallées”, le muguet est une plante originaire du Japon. Il est, depuis le Moyen-Age, présent partout en Europe.

Mais au fait, d’où cette tradition très française tire-t-elle ces origines ?

Dans la mythologie grecque, le muguet aurait été créé par Apollon, Dieu des arts et de la poésie, de sorte que ses neuf muses marchent sur un tapis de clochettes parfumées – noble attention !

Sous la Rome antique, on fêtait déjà le renouveau des fleurs fin avril/début mai, lors des Florales. Les Celtes, quant à eux, avaient coutume, la veille du 1er mai, de célébrer Beltaine, une des quatre grandes fêtes de l’année celtique, qui marquait le passage de la saison sombre à la saison de lumière. C’était également le début des travaux agraires et des activités champêtres (elle marquait accessoirement le début de la chasse, des conquêtes, des razzias et des guerres…)

Bien plus tard, le 1er mai 1560, le roi Charles IX, alors âgé de 10 ans, se voit offrir par le chevalier Louis de Girard de Maisonforte, du muguet lors d’une visite dans la Drôme. L’année suivante, qui est aussi celle de son sacre, le roi a tant apprécié le geste qu’il décide de reprendre l’idée. Il aurait ainsi, par la suite, offert, chaque premier mai, un brin de muguet à chaque dame de la cour. La mode était lancée !

Lors de la Révolution, le muguet se fait détrôner par l’églantine rouge : dans le calendrier révolutionnaire de Fabre d’Eglantine, le muguet est lié au « jour républicain » du 7 Floréal (26 avril). L’églantine rouge du 1er mai restera ainsi longtemps associée aux travailleurs.

C’est seulement au XIXème siècle que le muguet fera progressivement son retour sur la scène, notamment sous l’impulsion du chansonnier Félix Mayol qui reçoit un brin de muguet de son amie Jenny Cook en 1895… et l’arbore fièrement à sa boutonnière lors de sa première représentation au Concert parisien. Il en fera son emblème… L’emblème sera repris, dès 1921, dans l’écusson du RCT, club de rugby de Toulon, en hommage à cette figure iconique de la ville.

Dans les années 1900, ce sont les couturiers français qui vont remettre le muguet à l’honneur, en offrant des brins de muguet à leurs ouvrières et à leurs clientes. Christian Dior en fera d’ailleurs sa fleur fétiche… Très superstitieux, il gardait aussi au fond de sa poche un brin séché qu’il conservait dans une petite boîte. Pendant les défilés, il demandait aux ouvrières de coudre des brins de muguet séchés à l’intérieur des vêtements. Il consacra une collection entière au muguet en 1954.

Il faudra attendre 1941 pour que le muguet soit officiellement associé à la « Fête du Travail et de la concorde sociale » – une fête instaurée par le Maréchal Pétain. Exit l’églantine rouge, trop liée à la gauche et au communisme, qu’avaient continué d’arborer les travailleurs, et vive muguet blanc … Cette fête sera supprimée après la Libération. Le 1er mai devient alors un jour férié, chômé, mais payé, en 1948… et continue dès lors d’être associé au muguet !

Depuis, les clochettes blanches au parfum si subtil véhiculent, comme souvent les fleurs, leurs codes subliminaux : un brin de muguet est un gage de sentiments ou un témoignage de sympathie, trois brins sont un gage d’amitié et de joie, treize brins, un gage de bonheur éternel ! Pour l’anecdote, le bouquet de mariée de Kate Middleton, était composé de muguets, de jacinthes et de lierre…

Vous savez tout – ou presque, sur le muguet… Soyez heureux !