Le diable se cache dans les détails… et les pictogrammes

Par Claire LE MEUR, DG chez Blue Bees.

Le chapitre des J.O. de Tokyo (Olympiques et Paralympiques) vient de se clore.

Lors de la Cérémonie d’ouverture, ces J.O. ont porté un soin tout particulier à la présentation de leurs pictogrammes olympiques, accordant un temps spécifique à leur présentation « live ».

Créés par le designer japonais Masaaki Hiromura, 50 dessins (réalisés par une équipe de designers qui a travaillé deux ans sur le projet) ont été présentés un par un, grâce à une « animation humaine » imaginée par HIRO-PON, artiste japonais de comédie muette et membre de de la compagnie Gamarjobat.

Les pictogrammes sportifs officiels des Jeux Olympiques revêtent une importance majeure et sont utilisés dans de multiples domaines : signalétique sur les sites de compétition, décoration dans la capitale d’accueil, produits sous licence, affiches, billets, guides, etc.

Un pictogramme, c’est quoi, au fait ?!

Formé du latin picto (peint) et du grec gramma (lettre ou écrit), un pictogramme est un dessin schématisé censé être aussi aisément identifiable qu’une lettre de l’alphabet et utilisé à des fins de communication. Les pictogrammes ne figurent pas uniquement sur les applications mobiles et les sites internet. Ils sont partout ! Les panneaux de signalisation routière ou les symboles des emballages fonctionnent par exemple sur ce principe…

Pour l’anecdote, les pictogrammes des J.O. sont réellement nés en 1964… à Tokyo ! L’explication est toute simple :  les Japonais étaient confrontés à un sérieux problème de langue puisque personne ne parlait japonais en dehors du Japon ! Restait donc à trouver un système de communication non verbal qui fonctionne pour le monde entier et soit intelligible d’emblée. Néanmoins, l’illustrateur et auteur Suisse Marcus Osterwalder précise que “réaliser des symboles qui ne sont pas des lettres mais des illustrations graphiques que tout le monde peut comprendre remonte à bien plus loin. J’ai trouvé des petits pictogrammes présents aux Jeux de Stockholm en 1912, à ceux Paris en 1924, et à d’autres Jeux ensuite, mais ils n’offraient pas encore cette vue très simple, très claire que nous connaissons aujourd’hui. »

L’origine du pictogramme est cependant bien plus ancienne ! Les premiers du genre datent d’environ 30 000 ans avant J.-C. … Il s’agit des signes picturaux, sous forme de peintures murales que l’on retrouve à l’intérieur de la grotte de Lascaux, en France. Si l’on ignore encore la raison pour laquelle ces 6 000 images ont été peintes, une chose est sûre : ils étaient destinés à communiquer un message précis. De nos jours, une langue dérivée des signes picturaux existe toujours : le chinois.

Mais pourquoi accorder tant de crédit à un pictogramme ? Pourquoi apporter tant de soin à sa personnalisation ? Pourquoi chaque pays accueillant les J.O. se donne-t-il le mal de créer ses propres symboles ? D’autant que l’on trouve désormais facilement sur le net des pictogrammes « tout faits » et prêts à l’emploi… S’il vise en premier lieu à faciliter la navigation sur un site internet ou une application, le pictogramme est aussi un élément de différenciation, de signature de marque. Au même titre qu’un logo ou une base line, il fait partie intégrante de la charte graphique. Il permet de signer un territoire de marque et de se distinguer de la concurrence.

C’est la raison pour laquelle, au sein du groupe Fifty Bees, tous nos pictogrammes sont uniques, sortis tout droits de l’imagination de Joël Alessandra, auteur de BD et romans graphiques. Et ce que nous avons créé pour nous, nous pouvons le faire pour vous… Alors, si vous souhaitez retravailler votre charte graphique, faire évoluer votre logo ou créer vos pictogrammes, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

A très vite 😉