Souriez, vous êtes masqués ! - Blue Bees
16792
post-template-default,single,single-post,postid-16792,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-2.6.6,woocommerce-no-js,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-25.9,qode-theme-bridge,qode_advanced_footer_responsive_768,qode_header_in_grid,qode-wpml-enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-6.6.0,vc_non_responsive

Souriez, vous êtes masqués !

Sourire est le propre de l’Homme… Un sourire mis à mal depuis que le port du masque est devenu obligatoire quasiment partout – y compris en entreprise depuis le 1er septembre.

Quid de l’expression de notre visage lorsque la protection faciale devient norme, lorsque l’on doit communiquer avec un visage dissimulé à 60% ?

Il est en effet indéniable que le masque modifie notre rapport aux autres, notre identité visuelle et altère le sourire. Notre comportement même s’en trouve changé car le masque rend les échanges plus secs, plus complexes, moins fluides. Les masques cachent la mâchoire, une partie du visage qui exprime de nombreuses émotions (sourire, rire, colère, dégoût…)

L’équipe des Bees garde le sourire sous le masque !

 

Une contrainte source de créativité, néanmoins : pour remédier à ce sourire absent des visages, l’entreprise lyonnaise Tcheezebox a même conçu des modèles de masque qui affiche le propre sourire de celui qui le porte, de sorte à réhumaniser les échanges…

N’oublions pas toutefois un facteur essentiel : le sourire s’entend dans la voix et se voit dans les yeux ! Aussi, derrière le masque, faut-il continuer de sourire en toutes circonstances – y compris au téléphone…

En effet, le « vrai » sourire, communément appelé « sourire de Duchenne », du nom du médecin Guillaume Duchenne de Boulogne, fondateur de la neurologie au XIXème, ou encore « sourire de récompense » selon la typologie du psychologue Paul Ekman, mobilise plusieurs muscles faciaux. Il sollicite ainsi le grand zygomatique qui redresse les coins de la bouche et l’orbiculaire qui plisse les bords des yeux… Un vrai sourire de bonheur est donc formé non seulement par les muscles buccaux, mais également par les muscles oculaires.

Ce sont nos yeux, notre regard qui relayent notre sourire et permettent d’exprimer nos émotions. Nous communiquons, grâce à notre regard, la joie, la tristesse, la gratitude, la compassion, l’enthousiasme. Notre interlocuteur est en mesure d’interpréter, au travers de ce que nos yeux expriment, notre état d’esprit …et de percevoir notre singularité. Ce pouvoir des yeux qui faisait dire à Jean Gabin, s’adressant à Michèle Morgan, dans Quai des Brumes en 1938 « T’as d’beaux yeux, tu sais »

Autre bonne nouvelle qui requinque en ces temps étranges, un étude américaine menée en 2012 par deux chercheuses américaines de l’Université du Kansas – Tara Kraft et Sarah Pressman – démontre qu’en situation de stress, on peut se sentir mieux si on sourit, y compris d’un sourire forcé ! 167 étudiants placés dans de situations génératrices de stress ont ainsi été testés. Le degré de stress a été évalué via le rythme cardiaque et le niveau de stress rapporté par les participants. Il s’avère que ceux qui souriaient, quitte à se forcer, étaient moins angoissés que les autres à l’issue du test…

Alors surtout, à l’instar de la chouette boulangère d’OTao Bom à Lyon, continuez de sourire et revendiquez-le !!

Car si le sourire est lui aussi contagieux, il est le meilleur des remèdes contre la morosité…